AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [RP] La famille Buse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GrosseBuse

avatar

Nombre de messages : 947
Age : 35
Classe : Osa PP retraité, Sacri eau
Niveau : 16x et 19x
Métiers : Pas maître en forge de boucliers ni forge d'épées
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: [RP] La famille Buse   Lun 15 Déc 2008, 13:49

Premiers contacts

Les premiers rayons du soleil éclairent la vallée, réveillant doucement faune et flore.
En cette magnifique matinée de l'an 638, un animal peu commun met fin à la quiétude des lieux en baillant bruyamment.
Grommelant dans sa barbe, remettant ses bijoux en place, l'intrus prépare son petit-déjeuner. Au programme : omelette d'oeufs de dragodindes dans du lait de ces dernières.
Après une toilette rapide, le sauvage est déjà bien plus présentable. Derrière ses centimètres de crasse et ses vêtements en lambeaux, nous reconnaissons Buse, le vieil osamodas.
Enfin, on le reconnait... nous ne pouvons nous empêcher de nous demander comment ce maître cordonnier de l'époque du KEK, a pu en arriver là.
Hum, demandons-lui directement. On va essayer de l'amadouer.

- "Euuuuh... excusez-moi, vous êtes bien Maître GrosseBuse, le célè..."
- "Grmpf !", interrompit la bête.
- "Je... ce serait pour une interview, je suis journaliste anima..."
- "Grrrrr..." (air menaçant - oui je fais super bien les onomatopées)
- "Mais c'est qu'il mordrait !"


Bon, ne comptons pas sur lui pour nous en dire davantage. Nous perdons notre temps. Allons voir ses proches.
Lorsque nous avions interviewé la légende Velours (l'apothéose de ma carrière de journaliste ! c'est fou ce que la bière de bwork peut faire parler !), celui-ci m'avait parlé de son ami GrosseBuse et de sa famille.
Je l'aurais bien interrogé à nouveau sur la question mais il reste introuvable. Sûr que cette star a fait une overdose, en se shootant à la poudre d'eniripsa.
Mes principales pistes sont ses trois frères et ses deux filles. S'ils sont tous aussi discrets dans la famille, ça va être coton de tous les retrouver...
Heureusement, un indic grassement payé me signale d'un de ses petits frères traine souvent à l'atelier de bijouterie de Bonta. Il s'agit du benjamin, PetitCanaillou.
Je demande à mon indic de bien vouloir me contacter quand celui-çi entrera dans l'atelier à nouveau. En attendant, je réunis toutes les informations que je possède sur cette étrange famille.

- Sa femme, Sdooll. Aventurière et artisane jouissant d'une grande renommée. Son décès prématuré a forcé Buse à élever seul ses filles. Enfin, seul... Hamamélis, la femme de son ami Velours (si c'est encore le cas, ces peoples, ça change de conjoint comme de sac à main), l'a aidé dans cette lourde tâche.
- Son grand frère, Cornichon. Retraité. Aucune autre information à son sujet.
- Son petit frère, TripleBuse. Homme de la nature.
- Son plus petit frère, PetitCanaillou. Artisan talentueux mais peu connu.
- Ses filles Synkatt-Troyzeroh et Paf-Pasteque. Le jour et la nuit. La première est resté plus proche de son père. La seconde tient beaucoup de sa mère.

Velours m'avait dit en rigolant (tu m'étonnes, il pouvait rigoler, il était rond comme une queue de pelle rhon) que si je mettais un bout de blop dans une poubelle, Buse allait apparaître aussitôt.
J'avoue avoir essayé. Evidemment, ça n'a pas fonctionné. Eboueur doit être le métier le plus représenté dans Astrub.
Astrub ! Mais oui ! Le QG des Croutons, la guilde dont Buse est meneur !
Après quelques heures (sont rapides ces tofus voyageurs !), j'obtiens l'adresse et prépare mes bagages ainsi que mon calepin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrosseBuse

avatar

Nombre de messages : 947
Age : 35
Classe : Osa PP retraité, Sacri eau
Niveau : 16x et 19x
Métiers : Pas maître en forge de boucliers ni forge d'épées
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: [RP] La famille Buse   Mar 16 Déc 2008, 13:43

Maison close

Je hais Astrub. Sale, bruyante, surpeuplée... cette cité est guère touristique.
Débarquant par le zaap public du centre-ville, je me faufile à travers la foule et les marchands de camelote pour trouver un calme tout relatif dans une petite ruelle adjacente.
Dans mon malheur, j'ai tout de même la chance de ne pas avoir trop de chemin à parcourir : la maison de la guilde est à quelques rues de là.
On se demande comment ces braves gens peuvent vivre ici... Bah, après tout, les roses démoniaques poussent bien parmi les épines de champ-champs.

Le blason des Croutons est discrètement incrusté dans la porte d'entrée. Sans être expert, on reconnaît là le travail d'un iop. Le genre de iop à se curer les dents avec sa razielle.
Je frappe. Deux coups. A l'intérieur de la maison, le silence est perceptible, malgré le brouhaha permanent lié à la proximité du zaap.
Je ne suis pas pressé, mais j'ai le malheur d'être quelque peu impatient. Aussi vais-je de ce pas déranger leurs voisins.
Dans la petite maison d'à-côté, une petite vieille m'ouvre la porte, confiante.

- "Bonjour Madame, je suis journaliste indépendant... puis-je m'entretenir avec vous au sujet de vos voisins ?"
- "Bonjour cher Monsieur !", souriat-elle en lui ouvrant la porte.


Les tapettes à sousouris jonchaient au milieu de la cuisine. Prudent, je vérifiais qu'aucun piège à milimulou n'avait également été posé...

- "J'ai quelques soucis avec ces satanées bestioles", lui murmura-t'elle sans qu'il lui ai posé la moindre question. "D'ailleurs, si vous m'en débarrassez, je..."
- "C'aurait été avec plaisir mais j'ai une dragodinde garée en double-file", lui fit-il croire pour en venir aux faits. "Pourriez-vous, je vous prie, me parler de vos voisins, les Croutons ?", insista-t'il.


Ce que j'aime chez ces vieilles filles, c'est qu'il est inutile de leur promettre des montagnes ou de l'alcool fort pour les faire parler. Surtout pour parler des potins du quartier.
Au final, j'en apprends davantage sur la guilde que sur la famille de Buse.
La maison appartenait à Zbrodj et Arabicanne, un couple d'aventuriers à l'origine de la guilde. Et GrosseBuse a hérité à la fois de la maison et du commandement de cette dernière.
Des voisins calmes, il paraît. Souvent absents. Et très hétéroclites : un osa vert et une xelorette "qui sont des gens bien comme il faut, corrects", pas comme "cette peste de Paf-Pasteque, sa fille" ;
une fécatte (Hamamélis, la femme de Velours ? Je n'ai pas osé demander) et une sramette "qui derrière leurs airs de jeunes filles bien, sont certainement de véritables dépravées" (ça, je ne le noterai jamais dans mon dossier, ça sent la rancoeur de vieille fille); un Velours "beau comme un dieu, mieux que sur l'Emprunte du Craqueleur" ;
et enfin, le propriétaire "misanthrope, alcoolique, mou" mais "respecté par ses filles et ses amis". La liste n'est pas exhaustive, elle parlait tellement que je n'ai pu tout noter.
Ne l'ayant pas vu depuis un moment, elle se demandait s'il était encore en vie. Ce en quoi je lui répondis que je l'avais vu il y a peu et lui narra notre "rencontre".
Ce ragot à répéter à ses copines est accepté comme un paiement pour les renseignements obtenus.
Je prends congé de cette brave dame, tout en prenant soin de ressortir mon mensonge de la dragodinde lorsqu'elle me proposa des biscuits trop cuits pour la route.

Au final, je n'aurais toujours pas réussi à joindre un membre de la famille Buse, mais, comme on dit, Amakna ne s'est pas fait en un jour.
Ma prochaine destination : Brâkmar. J'appris de mon interlocutrice astrubienne que le mari de Paf-Pasteque y avait une petite maison, non loin de l'hotel de vente des poissoniers.
Après le bruit, l'odeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrosseBuse

avatar

Nombre de messages : 947
Age : 35
Classe : Osa PP retraité, Sacri eau
Niveau : 16x et 19x
Métiers : Pas maître en forge de boucliers ni forge d'épées
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: [RP] La famille Buse   Mar 16 Déc 2008, 18:12

Brâkmar

Les camps Bontais et Brakmariens ne s'affrontaient plus depuis quelques semaines. Seuls quelques fanatiques s'entretuaient ici ou là. La routine.
Il était toujours possible aux Amaknéens et autres peuples refusant de prendre part au conflit de se balader dans les Cités ennemies.
Les miliciens savent que la venue des marchands, des artisans et autres journalistes est un moyen de renflouer les caisses. Enfin, surtout celles des tavernes.
Bref, à défaut d'être accueilli les bras ouverts, quelques kamas peuvent permettre de recevoir l'esquisse d'un sourire.

J'ai hâte de quitter cette ville oppressante qu'est Astrub. Aussi je m'engouffre dans le magasin d'alchimie le plus proche pour y acheter quelques potions de Cités.
Le propriétaire est un eniripsa d'âge moyen, habillé comme un prince et à l'attitude vaniteuse. Sa boutique est la plus proche du Zaap central, d'où son succès.
Je ne supporte pas ces snobs, raison de plus pour boire cette potion au goût infect qui m'enverra à Brâkmar.
Santé !

Le décor s'assombrit, le silence se fait. Bienvenue à la milice de Brâkmar.
Je connais assez peu cette Cité, je n'y mets que rarement les pieds. Accueillante comme une porte de prison (je ne m'attends pas non plus à des vahinées Moonesques, soyons honnête), aussi excitante qu'une partouze de chafers.
Ennuyeuse à mourir.
Après avoir parcouru quelques kilomètres, je croise enfin une âme vivante au détour d'une ruelle. Deux, même. Pas de doute, je dois être au centre névralgique de la Cité : la banque.
Ce sont deux jeunes gens, disciples de Feca, qui semblent avoir une discussion mouvementée au sujet de la taille de leurs ailes.
Je me risque à les déranger, et toussote pour leur signaler ma présence - qu'ils n'ont a priori pas remarquée.

- "Messieurs, excusez-moi de vous déranger", osa timidement votre narrateur, "Je recherche l'hôtel de vente des poissonniers... pourriez-vous m'indiquer..."
- "Prends le zappi, baby !", répondirent-ils en coeur, interrompant l'autre touriste dans ses formules de politesse.


Sales jeunes. Toujours la solution de facilité.
Après m'être allégé de quelques kamas et subi une translation moléculaire, me voiçi donc au rendez-vous des poissonniers.
Si eux ne sont pas là, leurs poissons oui. L'odeur ne m'incommode pas tant que ça, mais pressons-nous. Il ne serait pas opportun de rencontrer Moosh-Khipeth avec un tel fumet.
La chance me sourit encore, non seulement je trouve la maison rapidement, mais en plus, elle pue déjà le poisson.
Si la maison est discrète, on ne peut pas en dire autant de ses hôtes. Je jette discrètement un oeil vers la fenêtre.
Une sacrieuse agite son marteau en l'air, tout en semblant narrer ses dernières aventures d'une voix peu gracieuse. Le petit éniripsa et l'étagère en bombu semblent craindre pour leur vie.
Un éclair traverse entre mes deux oreilles : et si c'était Paf-Pasteque, la fille de Buse, la fameuse peste ? pensais-je sans l'espérer.
En guise de sonnette, un bilboquet réalisé avec un piou encore vivant ligoté à un pal. Typiquement sacrieur. Ou brakmarien.
A peine ai-je le temps de saisir le pal, que la porte s'ouvre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrosseBuse

avatar

Nombre de messages : 947
Age : 35
Classe : Osa PP retraité, Sacri eau
Niveau : 16x et 19x
Métiers : Pas maître en forge de boucliers ni forge d'épées
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: [RP] La famille Buse   Mer 17 Déc 2008, 17:12

Mauvaise fortune

Un enutrof à l'air jovial se tient devant moi, en train de remercier le couple aperçu par la fenêtre. Ma présence l'interrompt dans ses adieux.
Les autres ne semblent pas encore m'avoir remarqué.

- "Bonsoir... Suis-je bien chez Moosh-Khipeth ?" demanda l'intrépide journaliste, connaissant déjà la réponse.
- "Ouaip jeune homme, c'est bien ici ! Mais si vous venez pour le spectacle, vous arrivez trop tard !", répondit le vieil homme d'un sourire narquois.
- "Je suis journaliste et souhaiterai juste poser quelques questions..."
- "Oooh... ce serait avec plaisir, mais faut que j'aille faire une petite sieste !", rétorqua-t'il en jouant avec le fil de sa canne à pêche.
- "A vrai dire, c'est votre ami éniripsa que je souhaitais questionner... notamment au sujet de sa belle-famille..."
- "Sa belle-famille ?", s'étonna-t'il, "Mais j'en suis !"


Bigre. Vu son âge, ça pourrait bien être... hum... Cornichon, le frère de GrosseBuse.
Les deux autres protagonistes se rapprochent du pas de la porte et se joignent à notre discussion.
Les présentations sont brêves et confirment mon raisonnement : j'ai en face de moi, Cornichon, Paf-Pasteque, et bien évidemment Moosh-Khipeth.
Je leur fait part de la raison de ma venue et attends avec impatience d'être invité à m'installer à l'intérieur de la maison. La levée d'un vent frais et la station debout m'indisposent.
Moosh fait mine de nous proposer de venir s'installer devant un désaltérant. Sa femme, d'un regard fort peu commode, lui fait comprendre qu'elle n'acquièce pas cette marque d'hospitalité.
Soit, je ne vais pas pouvoir m'éterniser. Je me rend compte que le vieil homme est déjà parti, sans doute en quête de repos comme il me l'avait annoncé.
Dommage, je suis sûr qu'il aurait eu plein de choses croustillantes à me raconter sur son frangin.
Paf-Pasteque n'est guère coopérative.

- "Qu'est ce que vous lui voulez à mon père ?", grogna-t'elle
- "Juste en connaître davantage sur sa vie, son parcours..."
- "Alors demandez à ma soeur. Moi, ça fait longtemps que j'ai coupé les ponts avec ce sauvage."


Moosh, dans le dos de sa femme, levait ses yeux au ciel, semblant penser "et c'est elle qui dit ça...".
Jusque là peu bavard, l'eniripsa prend la parole.

- "Si vous voulez, je peux vous dire où le trouver. Il a été aperçu..."
- "Ta gueule mon amour", l'interrompit Paf en carressant le manche de son marteau
- "Oui chérie".


Je leur fit part que je possédais déjà cette information.
Inutile de m'attarder. Brakmâr est une ville dangereuse la nuit et la sacrieuse commence à me faire peur. Je ne suis décidemment pas le bienvenu.
Quelques formules de politesse pour prendre congé et je file. J'entends la porte claquer dans mon dos, et le bruit d'un petit crâne qui dit bonjour à un mur.
En chemin, je m'aperçois que j'ai oublié de demander l'adresse de Synkatt, la soeur de Paf. D'un pas hésitant, je fais marche arrière.
Je ne pense même pas avoir le courage d'aller les déranger encore une fois.
Un tofu maléfique se met soudainement à me tourner autour en piaillant. Quelle étrange petite bestiole... elle semblerait s'attacher à moi...
Cette affection n'est en fait pas celle d'un animal mais d'un facteur. Il tient une minuscule feuille de parchemin sous son aile squelettique.
La correspondance d'un mari soumis : Moosh me propose de venir le retrouver un soir dans une taverne. Sans doute pour me parler de son beau-père.
Et l'adresse de Synkatt au verso. Merci p'tit gars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] La famille Buse   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] La famille Buse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Une famille de 78 habitants !
» grande foto de famille
» Réunions de Famille
» Enfin trouvé une famille !! Petite Pepette.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guilde des Croûtons :: Les Croutons sur Dofus :: RolePlay-
Sauter vers: